Présidentielle 2017 : Voter Nicolas Dupon-Aignan pour faire barrière à Marine LE PEN (extrême droite) et à Macron, comptable du gouvernement socialiste…

0
PARTAGER

Selon une étude de l’Ifop reprise par Figaro du 15 février 2017, « si l’on prend comme point de repère l’élection présidentielle de 2012, on trouve à ce jour derrière Emmanuel Macron 35 % des électeurs de François Hollande de 2012 (40 % optant pour Benoît Hamon), mais aussi 30 % de l’électorat de François Bayrou de 2012. Si compte tenu du positionnement et du parcours du leader d’En marche!, sa capacité à agréger une partie des familles socialiste et centriste n’est pas surprenante, ce nouvel électorat en voie de constitution comporte d’autres composantes plus inattendues. Ainsi, 17% des électeurs de Nicolas Sarkozy de 2012, parmi lesquels sans doute des juppéistes de la primaire et des électeurs de droite choqués par l’affaire Fillon indiquent qu’ils pourraient voter Marcon » cette étude m’inspire des observations.

D’abord, le discours, trompe l’œil « Ni de gauche ni de droite » de M. Macron expliquerait cette dispersion d’un électorat aux origines diverses. En réalité, son discours « Ni de gauche ni de droite » est révélateur d’une absence d’identité politique. L’ambiguïté de son positionnement politique transparaît visiblement dans son programme « attrape tout », s’il existe, qu’il essaie de « vendre » aux Français.

Soumis aux forces d’argent, M. Macron refusant de dévoiler les noms de ses donateurs et son programme flou, contrairement à celui du candidat de DEBOUT LA REPUBLIQUE, Nicolas Dupont-Aignan incarnant une vraie identité politique de droite intègre, gaulliste et sociale, nous réserve des lendemains qui déchantent.

Les « 17% des électeurs de Nicolas Sarkozy de 2012, parmi lesquels sans doute des juppéistes de la primaire et des électeurs de droite choqués par l’affaire Fillon indiquant « qu’ils pourraient voter Marcon » s’expliquerait aussi par le rejet du système.

Les électeurs de Droite sont d’autant plus déboussolés que l’affaire Fillon prend une autre tournure car le rapport de la police concernant l’enquête sur les soupçons d’emplois fictifs de Penelope Fillon remis au parquet national financier (PNF), n’envisagea pas « en l’état » de classement sans suite. « Les nombreux éléments déjà recueillis ne permettent pas d’envisager, en l’état, un classement sans suite de la procédure », a indiqué le parquet dans un communiqué, ajoutant que « les investigations vont se poursuivre ».

M. Macron est aussi l’incarnation d’un autre système : le système financier qui étouffe les français, spolie les peuples d’Europe.

Nicolas Dupont-Aignan propose une autre Europe, pas celle du système financier européanisé et des technocrates. M. Macron défend l’Europe telle qu’elle est aujourd’hui tandis que Mme LEPEN, décrie le système européen mais en tire des profits financier en engraissant ses pseudo assistants parlementaires (son garde de corps, assistant parlementaire européen payé par l’Europe qu’elle pourfend et travaillant en réalité pour son parti politique).

Face à cette réalité implacable, il existe une seule et unique solution : Le vote Dupont-Aignan à la présidentielle de 2017. Homme d’expérience et intègre, il est le seul candidat sur qui doit porter les « 17% » de déçus de la Droite, celles et ceux qui voulaient une Droite intègre, mais qui ont été trompés lors des primaires de la Droite et du Centre.

Corinne Ferretti

Candidate aux élections législatives de 2017

3ème circonscription du Rhône (Lyon 3, 7 et 8)

PARTAGER